Valérie Perrin . Une femme aussi douce et sincère que ses ouvrages. On se souvient de LES OUBLIES DU DIMANCHE et du dernier sublime CHANGER L’EAU DES FLEURS. Un portrait chinois cher à mon cœur. Spontané et délicat, un après midi de septembre au téléphone. Elle a la douceur d’un poème de Prévert et l’élégance... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑