Rubiel E(s)t Moi – Vincent Lahouze

Rubiel EstMoi.jpg

Date de Parution : 30 Août 2018

LE BILLET DE JUJU :

Je referme un livre fort.

Fort car j’ai rencontré Vincent.

Fort. Car j’ai rencontré Rubiel.

Et je ne pourrais pas les oublier. Impossible.

Une image me hante. Me bouleverse. Un enfant, dans un orphelinat, qui pour ne pas voir son ami partir avec ses nouveaux parents adoptifs va rester face au mur, les poings serrés. Pour ne pas le voir partir. Pour ne pas voir que lui va rester. Seul. Sans famille.

C’est le récit d’une déchirure. Et deux voix vont s’élever.

Celle de Rubiel, resté en Colombie, qui va grandir dans un monde qui fend le cœur en milliers de morceaux, impossibles à récupérer.

Celle de Vincent, qui vient vivre en France avec ses parents adoptifs. Et qui pourtant va connaître également des tourments liés à l’incompréhension de son identité.

J’ai rencontré un livre et j’en reste très ému. Car j’ai le sentiment d’avoir véritablement rencontré quelqu’un. Tant ce livre est sincère. Tant chaque mot est choisi avec précision. Tant la vérité doit être écrite. Sans compromis et sans se compromettre.

C’est vraiment très bien écrit. Il emporte dés les premières pages. Vers de l’émotion. Vers du romanesque vrai. Vers notre humanité.
Une ode aussi à la différence et forcément encore une fois, j’y ai été très sensible.

Je suis rassuré de voir que des êtres tels que Vincent vivent aussi sur notre planète. Car on peut se décourager parfois, à force de voir tant de choses laides.

Il existe de belles choses . De belles personnes. Et du coup de très beaux livres.

Merci Vincent.

Merci Rubiel.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

 » Si je devais me souvenir d’une chose, d’une seule chose, ce serait la vision des murs gris de l’Orphelinat du Bienestar de Medellin et des portes qui claquaient lorsque nous courions dans les couloirs, le bruit sourd de mes pieds nus sur le parquet de bois délavé et poussiéreux. Oui, d’aussi loin que je me souvienne, la couleur n’existait pas.

Je suis né en Colombie, à la fin de l’année 1987, mais je n’ai commencé à vivre qu’en 1991. « 

 

 

 

2 commentaires sur « Rubiel E(s)t Moi – Vincent Lahouze »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s