Vivre Vite – Philippe Besson

Vivre Vite

Date de Parution : 02 Janvier 2015

LE BILLET DE JUJU :

James Dean.

Philippe Besson ose se frotter à un mythe du cinéma. Véritable icône à la destinée tragique.

Dans cette biographie romancée, on découvre le parcours de vie de ce jeune homme destiné à devenir une idole. A travers les yeux des êtres qui ont croisés sa route. Dans de courts chapitres, chacun d’entre eux raconte la légende de Jimmy.

Un portrait comme un puzzle. Fragments d’un homme dans ses travers, dans ses fulgurances. Dans cette enfance qui le mènera vers l’homme. Dans cette fureur de vivre.

Raconté par des anonymes. Des stars. Des inconnus. Des témoins de l’ascension du jeune homme.

Sa mère, partie bien trop tôt. James Dean, lui-même. Ses professeurs. Marlon Brando . Entre autres.

Chacun donnera une clef, une façon de mieux appréhender James Dean. En quelques lignes parfois. Souvent brillantes de vérité.

Besson nous dépeint un Dean attachant, touchant et pressé de vivre. Un homme libre, papillon comme trop attiré par la lumière et qui se grisera à s’en briser les ailes.

Le reproche que l’on peut faire est bien résumé par son titre. Tout va un petit peu trop vite. Besson nous a habitué à cette lenteur des descriptions, cette douce construction des émotions dont lui seul a le secret. Ce roman là va à fond la caisse, sans laisser le temps au lecteur de respirer, d’apprécier.

Une vie à toute berzingue …

Cependant, j’ai passé un très bon moment de lecture. Avec l’envie de m’intéresser d’encore plus près à ce personnage qui malgré une filmographie réduite, raisonne encore comme le symbole d’une certaine jeunesse et d’une époque devenue intemporelle à travers lui.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

« Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain… »

Si célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d’un garçon de l’Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d’une beauté irrésistible, qui s’est donné à tous, sans jamais appartenir à personne: un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s