De Là, On Voit La Mer – Philippe Besson

de la on voit la mer

Date de Parution : 03 Janvier 2013

LE BILLET DE JUJU :

Ah, l’écriture Besson.

A chaque fois que je me plonge dans un des ces ouvrages, je reconnais sa mélodie. La musique Besson.
Ici, requiem d’un amour ? Récit d’un adultère ?

Bords de mer. Maisons de vacances. Chaleur estivale.

Louise écrit un livre et a besoin de se retrouver au calme. Elle aura une liaison avec un jeune italien. le mari, seul à Paris, va avoir un accident. Il survit ? Il meurt ? J’arrête là car il faut lire Besson.

Il m’épate encore dans les confrontations « sentimentales ». Cette manière de raconter l’impalpable. Mais ça, j’ai déjà dû le dire dans une de mes critiques précédentes. Ce livre est vrai. Touchant.

L’héroïne est peut-être égoïste. Froide. Simplement humaine.

Elle touche le lecteur de par sa vérité. Sa fragilité bien dissimulée.
Les mots sont choisis avec soin, les sentiments décrits dans leur complexité, leur vérité.

La musique Besson.

Un tube encore une fois.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

Louise, 40 ans, part s’installer dans une villa en Toscane pour écrire son roman. Elle abandonne à Paris son mari, François, meurtri mais résigné. À Livourne, ville portuaire ou règne une chaleur écrasante, tout l’enchante : la qualité du silence, la mer partout présente, l’incessant ballet des ferries vers les îles. Et cette parfaite solitude que seule vient déranger la présence discrète et dévouée de Graziella, la gouvernante qui s’occupe de la maison. Louise n’a jamais connu un tel sentiment de plénitude. Elle écrit l’histoire d’une femme qui doit réapprendre à vivre après la disparition de son mari. Les mots viennent à elle tout naturellement.

Un jour, un jeune homme sonne à sa porte. C’est Luca, le fils de Graziella. Élève à l’Académie navale, il porte ses vingt et un ans avec une grâce insolente. Jamais Louise n’aurait pu envisager d’être troublée par un garçon de cet âge. Tenter de résister au charme de Luca serait pourtant aussi vain que de vouloir échapper à la moiteur de l’été. Au moment ou elle cède à la sensualité de ce corps qui l’attire, elle apprend qu’un accident de voiture a grièvement blessé son mari. Fiction, fantasme et réalité se télescopent, mais dans quel but ? Louise doit se rendre au chevet de François, plus vulnérable que jamais. Forte de cette ferveur inattendue qui lui a ouvert les yeux, elle sait que l’instant est venu d’affronter tous les mensonges accumulés avec les années, quelles qu’en soient les conséquences…

 

Un commentaire sur « De Là, On Voit La Mer – Philippe Besson »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s