Le Portrait Chinois d’Agathe Ruga

Agathe RugaAgathe Ruga.

Je suis fier qu’elle vienne illuminer ma petite galerie. Fier et un peu ému aussi. Inspirante et connue sur les réseaux sous le pseudo  agathe.the.book !

Elle nous offre une véritable  pépite de portrait. Haut en couleur, drôle et touchant, simple et foisonnant, comme la femme qu’elle est. Si après ça, vous ne vous ruez pas sur son premier roman, SOUS LE SOLEIL DE MES CHEVEUX BLONDS, je ne comprends plus rien …

Agathe, si tu étais :

UN LIVRE ? LE DIABLE AU CORPS de Raymond Radiguet. J’ai un faible pour les petits jeunes qui écrivent des chefs d’œuvre passionnés et qui meurent à 20 ans. (ça ne court pas les rues).

UNE CITATION ? « Prenez mes idées j’en aurai d’autres. » (Gabrielle Chanel)

UN (AUTRE) ÉCRIVAIN ? Beigbeder forever. Je suis heureuse de cohabiter avec lui sur terre pendant ce siècle.

UN PERSONNAGE DE FICTION ? Anna Karénine. J’aurais aimé la rattraper avant qu’elle ne saute sous un train, je lui aurais payé une coupette et on aurait élaboré des plans pour faire morfler le comte Vronski.

UN MOT ? Prout (j’ai des enfants en bas âge)

UNE LIBRAIRIE ? Le Hall du Livre de Nancy, elle est irremplaçable, c’est quasiment proustien.

UN PRIX LITTÉRAIRE ? Really ?? Le Grand Prix des Blogueurs Littéraires pardi !

UN GROS MOT ? Prout (j’ai des enfants en bas âge)

UN ENDROIT DU MONDE ? Venise ! Le seul endroit où l’hiver sert à quelque chose. (Lire SEULE VENISE de Claudie Gallay pour comprendre), Il y a TOUT à Venise : beauté, calme et volupté. Même la plage et des spritz. Et en plus elle va disparaître. C’est pour ça qu’elle est si romantique.

UN HASHTAG ? #paietonjuju

UN HOMME ? Mon père, ce héros. Mon père c’est James Bond. Mon père c’est Dieu aussi. Mais vraiment, ne rigole pas! Le jour où j’ai présenté mon amoureux à mon père il a dit platement « De toute façon tu ne trouveras jamais un homme mieux que moi ». Du coup mon amoureux a un challenge adéquat et j’ai une vie de princesse. Papa je t’aime.

UNE BONNE ADRESSE ? Chez moi! Viens quand tu veux 🙂

L’OPPOSE DE TOI-MÊME ? Christine Angot. (Enfin peut-être que je si prenais le temps je nous trouverais des points communs…)

UN SOUVENIR ? Les bijoux de ma mère le soir quand elle rentrait tard. Obsessionnel.

QUELQUES MOTS ISSUS DE SOUS LE SOLEIL DE MES CHEVEUX BLONDS ? « Je voulais comprendre, je voulais savoir, je voulais écrire. »

UNE ADDICTION ? Une seule ???! En fait dans ma vie j’ai eu et j’ai toujours un comportement addict avec à peu près tout mais pas en même temps (bouffe, alcool, clopes, sexe, livres…). Merci aux livres donc, de me sauver en permanence du reste. (Et heureusement je n’ai jamais touché à la drogue).

UNE ERREUR DE JEUNESSE ? Pas d’erreur, que des expériences qui m’ont menée là où je dois être.

UNE IDÉE REÇUE ? Les blogueuses littéraires sont des mal-baisées qui boivent du thé avec leur chat. (Idée qui circulait dans les couloirs d’Albin Michel avant que je crée le prix des blogueurs et que l’on découvre IRL les splendides plantes de la communauté).

UN SCOOP ? Clotilde, le prénom de ma dernière fille. Clotilde dans Bel-ami est une femme très moderne, intelligente et anti-conformiste.

UN COMPTE  INSTAGRAM ? @sosos_books_moods_and_more : tout simplement parce que c’est ma plus vieille instacopine, je lui serai toujours fidèle et la mettrai toujours en première. Je pourrais parler avec elle pendant des heures, elle a une plume incroyable et une grande aura.

UN SENTIMENT ? La mélancolie. Mais quand il y a besoin, pas tout le temps.

UN TUE L’AMOUR ? Les chaussettes blanches, les crottes d’oeil et de nez. Le coude sur la table et le dos voûté. Une haleine chargée. Un pull qui sent la frite.

UN LIVRE QUE TU N’AS PAS ENCORE ECRIT ? Oui oui bah c’est pas la peine de me stresser encore plus !!

UNE DÉFINITION DE TOI-MÊME ? Exaltée, fofolle, entière, romantique

UN FILM ? KILLL BILL. Ou LA PLAGE. Ou LE CINQUIÈME ÉLÉMENT.

UNE CHANSON ? WOMAN d’Alex Hepburn. Je peux crier très très très fort quand je l’entends.

UNE SÉRIE TÉLÉ ? Ah désolée … comment dire … J’ai essayé pourtant, j’ai même payé Netflix pendant six mois, mais la chimie n’a pas opéré. Je suis vintage moi tu sais bien : un bon film de deux heures avec des popcorn à côté de mon amoureux. Regarder un truc qui n’a pas de fin, au lit ou dans un train, je ne comprends pas.

UNE EMISSION TÉLÉ ? La Grande Librairie (je n’allume la télé que pour cela alors c’était facile)

LE MOT DE LA FIN ? Prout (désolée…)

Cliquez ici pour lire ma chronique de SOUS LE SOLEIL DE MES CHEVEUX BLONDS.

6 commentaires sur « Le Portrait Chinois d’Agathe Ruga »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s