Le Portrait Chinois d’Anne-Gaëlle Huon

Anne Gaelle HuonAnne-Gaëlle Huon. Une rencontre. Un coup de foudre.

Une plume bienfaisante, émouvante. Ma découverte littéraire et humaine 2019, à l’humour ravageur et à la sincérité éclatante !

Anne-Gaëlle, si tu étais :

UN LIVRE ? Un vieux livre de cuisine, corné, usé, fragile, avec des taches de beurre et du sucre entre mes pages… Un livre qu’on se passe entre générations, avec tendresse et bienveillance.

UNE CITATION ? « Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent » (Antoine de Saint-Exupéry). C’est souvent la petite Anne-Gaëlle qui m’aide à écrire mes romans.

UN PERSONNAGE DE FICTION ? Mademoiselle Superfétatoire, dans En attendant Bojangles. Un oiseau exotique qui fait la fête en bonne compagnie, avec de la bonne musique et quelques grammes de folie douce…

UN MOT ? Barjabulle. Parce que ça me rappelle l’émission que regardait ma grand-mère et que c’est un peu farfelu.

UNE LIBRAIRIE ? Deux même ! Une première à Paris, Comme une Orange (17e). C’est chaleureux, le rayon enfants est merveilleux et Corinne, la libraire a quelques bouteilles de rosé au frais pour les rencontres avec les auteurs qu’elle organise régulièrement.

Une seconde en Provence, L’Atoll Imaginaire dans le vieux village de la Garde, nichée dans une ruelle, et caressée par les rayons du soleil…

UN PRIX LITTÉRAIRE ? Un prix décerné par un jury de grands-mères. Le gagnant recevrait des madeleines et des confitures faites maison.

UN GROS MOT ? Âne bâté ! Bernique ! Corne-bouc ! Gros plein de soupe ! Grand bredin ! Ahuri ! Vieux dragon ! Pute borgne !

UN ENDROIT DU MONDE ? Un village de Provence aux tuiles rondes, perché sur les collines, entouré de vignes et gorgé de soleil…

UN HASHTAG ?  #lalistedestrucs

L’OPPOSE DE TOI-MÊME ? Une grande brune, avec un rire délicat, toujours à l’heure et qui mange du chou.

UN SOUVENIR ? J’aime bien l’idée que les souvenirs que je chérirai quand je serai une vieille dame n’ont, pour la plupart, pas encore eu lieu. Le meilleur est sans doute à venir.

UN SECRET ? J’ai toujours été la première de la classe en dictée mais ne sais pas écrire « appeller » (appeler ? apeler ? Ah ! Pelé !). Je suis prise de frissons quand je dois l’écrire, surtout en dédicaces, c’est terrible.

QUELQUES MOTS ISSUS DE L’UN DE TES OUVRAGES « À bientôt quatre-vingt-dix ans, s’il y a bien une chose dont je suis certaine, c’est que dans cette vie rien ne relève du hasard. Crois-moi ma chérie, quelque chose ou quelqu’un sème sur nos routes des rencontres et des épreuves qui, quand on y regarde bien, prennent un tout autre sens. Il suffit de chausser les bonnes lunettes et d’être patient »  

Extrait de Même les méchants rêvent d’amour

UNE ADDICTION ? De façon générale, tout ce qui commence par « fro » et se termine par « mage ».

UNE ERREUR DE JEUNESSE ? Une partie de cache-cache dans le jardin de ma grand-mère. J’avais quatre ans, il faisait chaud, j’étais en petite culotte. Je me suis cachée dans un cactus. Fausse bonne idée.

UN SCOOP ? Depuis, je suis devenue championne olympique de cache-cache.

UN COMPTE  INSTAGRAM ? @parolesdegrandmeres ! Un compte participatif qui réunit jeunes et moins jeunes pour rendre hommage à nos anciens… Ma dose de fous rires quotidienne.

UN SENTIMENT ? La newstalgie. Une forme de nostalgie lumineuse ancrée dans le présent et nourrie d’optimisme.

UN TUE L’AMOUR ? Les yaourts à la cerise. Si vous voyez quelqu’un en manger, poussez-le et prenez vos jambes à votre cou. S’il commande une pizza hawaïenne, appelez les secours.

UN LIVRE QUE TU N’AS PAS ENCORE ECRIT ? Un essai sur l’importance de la ponctualité et du chou dans la société moderne. A paraître en 2021 chez Albin Michel, réjouissez-vous !

UN FILM ? Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, qui m’a accompagné dans l’écriture du Bonheur n’a pas de rides. Merveille…

UNE CHANSON ? Un vieux swing des Andrew Sisters mixé avec un tube de Queen par Ophélie Winter sur un sample de Fréhel.

UNE EMISSION TÉLÉ ? Je t’aime, etc, sur France 2 avec Daphné Burki. Dans mes rêves les plus fous, je participe à l’émission. Et je vole son job à Daphné Burki. (Note : si ça ne marche pas, je serai dans la prochaine saison de Danse Avec Les Stars)

LE MOT DE LA FIN ? Plus personne n’écrit « FIN » à la fin des livres ou des films. Je trouvais ça charmant et joliment désuet.

 

FIN

CLIQUEZ ICI POUR LIRE MON AVIS SUR LE BONHEUR N’A PAS DE RIDES

CLIQUER ICI POUR MA CHRONIQUE SUR MÊME LES MÉCHANTS RÊVENT D’AMOUR

7 commentaires sur « Le Portrait Chinois d’Anne-Gaëlle Huon »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s