A Crier Dans Les Ruines – Alexandra Kroszelyk

A Crier dans les Ruines.jpg

Date de Parution : 23 Août 2019

LE BILLET DE JUJU :

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’élégance.

C’est le terme. Exact.

Dans le dictionnaire, je trouve cette définition. « Qualité esthétique de ce qui est harmonieux, gracieux dans la simplicité. »

Alexandra Koszelyk possède de cette grâce innée, et dans ces mots, et dans ce qu’elle est. Croisée en de rares occasions, elle m’inspire un grand respect, non, une grande émotion. Que je ne m’explique pas. Et tant mieux. Et peu importe.

Dans ce premier roman, fou et fort à la fois, elle raconte une histoire d’amour, elle raconte un effondrement.

La catastrophe de Tchernobyl.

Des années après le drame, Lena revient sur les lieux de son enfance. En Ukraine, à Prypiat. Elle n’a pas oublié. Elle a juste un peu avancé. Depuis 1986. Depuis ce « Tchernobyl », cette tâche incongrue dans l’inconscient collectif. Cette folle erreur humaine. Ce drame incommensurable.

Adolescente à l’époque, elle s’est vue séparée de son amour de jeunesse, Yvan, qu’elle a cru mort. Elle s’en va à la rencontre de son passé. De cette frontière entre ceux qui partent. Et ceux qui restent.

J’ai lu ce roman. J’ai vu des choses. Peut-être des fantômes. J’ai entendu ce cri. En moi. En nous. Un cri d’une humanité folle.

Ce roman lyrique, hypnotique comme le sont parfois les contes, documenté et enivrant, parle d’exil, de déchirures et d’abandon. Ce roman, qui ne ressemble à nul autre.

Un premier roman donc qui se lit avec force. Qui se respire presque. Une plume qui envoûte et qui souffle court. Comme ce cri rentré qui a mis des décennies à pouvoir sortir. Sans maniérisme et sans vanité. Chaque mot est habité. Chaque phrase s’allume dans l’esprit de son lecteur.

Il y a de la beauté chez Alexandra Koszelyk. Il y a de ce supplément d’âme.

De l’élégance, vous dis-je, de l’élégance.
Prenons-en de la graine.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre une modernité triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans l’usine de leur ville, bouleverse leurs vies. Car l’usine en question, c’est la centrale de Tchernobyl. Et nous sommes en 1986. Les deux amoureux sont séparés. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son côté, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Lena, quant à elle, grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Mais, un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver le pays qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

 

3 commentaires sur « A Crier Dans Les Ruines – Alexandra Kroszelyk »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s