Blonde – Joyce Carol Oates

Blonde

Date de Parution : 2000

LE BILLET DE JUJU :

Monumental.

C’est le premier mot qui me vient à l’esprit après la lecture de cet ouvrage.

La rencontre de deux monstres sacrés. Joyce Carol Oates raconte Marilyn Monroe.

Kaléidoscope captivant, émouvant et passionnant, ce livre est d’une richesse incroyable. D’une profondeur terrible. Il pénètre en son héroïne et tente d’en livrer la substance. C’est parfois chaotique, souvent enivrant, terriblement prenant.

Véritable roman qui invente la vérité et raconte cette blonde pas tout à fait comme les autres. A travers une construction fascinante et hypnotique, Joyce Carol Oates décortique le rêve américain et dévoile les choses étranges qui se meuvent derrière les tapis et le rouge sang appliqué sur les lèvres des starlettes hollywoodiennes.

Ne nous méprenons pas, il ne s’agit pas d’une biographie. C’est bel et bien un roman qui tente de pénétrer un mythe, une icône et d’en faire une femme. Oates construit le roman autour d’une chronologie qui éclate et se tord pour mieux pénétrer la tête blonde de son héroïne. On peut se perdre, parfois, dans les méandres de ce roman immense, mais sans déplaisir.

L’auteur, comme à son habitude, peut nous mener où elle veut. Je l’ai suivie. Sans hésiter.

J’ai lu ce livre en plusieurs fois, sur plusieurs mois. Comme imprégné. Comme si les images devaient s’imprimer sur ma pellicule intime. Raisonner pour pouvoir continuer. S’imprégner sur mes rétines.

C’est l’histoire d’un mythe. Effondré. Un conte défait de fées absentes ou trop présentes. Les petites filles sont parfois terriblement solitaires. Elles gardent dans le cœur les douleurs de l’abandon et cherchent, une existence entière, à ce qu’on les aime un jour vraiment.

Ce livre est un monument. Ces femmes, des œuvres d’art et de vie. Et pourtant humaines. Follement libres. Réellement inspirantes.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

Blonde ne ressemble à aucun livre de Joyce Carol Oates. Avec cette oeuvre monumentale et baroque, qu’elle compose à partir des fantasmes que lui inspire Marylin Monroe, l’écrivain a ainsi marqué de son empreinte un genre inédit : la « bio-fiction ». Construite en cinq actes, cette tragédie est écrite sur deux modes : l’un narratif et réaliste, l’autre surréaliste, fait de visions et d’hallucinations. Un peu comme si la folie d’une Marylin starifiée venait interrompre les voix de différents personnages tentant de raconter son histoire. Au sein de ce choeur, on entend le souffle gracile et timide de Norma Jean, l’enfant blessée et perdue que Marylin a dû être, obsédée par le pouvoir de destruction et la fragilité de sa mère.

C’est donc la part d’ombre de ce personnage devenu mythique qui a inspiré Joyce Carol Oates : « Je n’ai pas décidé de faire un livre sur Marilyn Monroe. C’est en découvrant une photo de Norma Jean prise en 1944 quand elle avait dix-sept ans que j’ai eu envie d’écrire sur cette jeune fille ordinaire, quelconque, une Américaine typique avec ses cheveux foncés et son visage rond, qui ne ressemblait en rien à Marilyn Monroe. […] C’est grâce et à cause d’Hollywood qu’elle s’est métamorphosée, qu’elle est devenue un miracle. Ce qui compte pour moi, c’est la vie privée de Norma Jean, comment cette vie privée s’est transformée en produit. »

Quand on sait que c’est à sa mère que Joyce Carol Oates a pensé en découvrant cette photo des jeunes années de Marilyn, on a très envie d’entendre l’auteur de Mauvaise fille nous raconter en quoi la lecture de Blonde a été pour elle d’une telle importance.

 

 

3 commentaires sur « Blonde – Joyce Carol Oates »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s