Sauf que c’étaient des enfants – Gabrielle Tuloup

Sauf que c'étaient des enfants

Date de Parution : 02 Janvier 2020

LE BILLET DE JUJU :

Les éditions Philippe Rey offrent souvent de belles choses. A la fois dans le contenu de romans, atypiques et marquants, mais également dans l’objet-livre en lui-même. Souvent, les couvertures me marquent et m’appellent.

Et ici, ce sont des enfants.

Oui, les « héros » de cette histoire son tous des enfants. Des collégiens.
Les bourreaux. Comme la victime.

Le délit en question, ce terme, atroce. Viol en réunion.

Un roman au sujet terrible mais tellement bien traité. Gabrielle Tuloup pénètre au cœur du drame, d’un fait divers.

Immersion dans le milieu scolaire. le regard de ces professionnels face à l’insupportable. Immersion dans ce collège de banlieue où professeurs, surveillants et principal vont devoir faire face. Immersion dans une communauté de banlieue où chacun à son avis sur la question. Chacun avec sa conscience. Chacun avec son sens des responsabilités.

Une réflexion sur les victimes et les bourreaux. Sur les vérités qu’il vaut mieux taire. Sur l’horreur de notre époque. Sur le consentement. Qui ne dit mot …

Un portrait de femme également, ce professeur qui, à travers le drame, va partir à la rencontre de ces fantômes à elle.

Une lecture qui donne à réfléchir. Qui fait souvent mal. A travers une plume digne, sur un sujet qui aurait pu être racoleur, Gabrielle Tuloup interroge notre société de façon intelligente. Interroge son lecteur. Sans être moralisatrice mais en donnant pourtant une réflexion sur le vivre ensemble.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR:

Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ?

Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom…

Avec beaucoup de justesse, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société. Le lecteur, immergé dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence, suit leur émouvante quête de réparation.

 

3 commentaires sur « Sauf que c’étaient des enfants – Gabrielle Tuloup »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s