Otages – Nina Bouraoui

Otages

Date de Parution : 02 Janvier 2020

LE BILLET DE JUJU :

Des otages. Nous sommes tous des otages. De nos vies. De notre quotidien. Ces chaînes sont des êtres, des idées, qui nous lient, nous aliènent, prisonniers de notre intimité, de nos idées…Ce roman donne à réfléchir, prête à se poser les questions qui, de temps à autre, nous effleurent …

Elle travaille à la Cagex, son mari est parti, ses enfants grandissent… Peu à peu, la fissure, en elle, s’élargit, grandit, jusqu’à prendre toute la place en elle…

Nous sommes des terroristes en puissance, enfoncés jusqu’au cou dans des vies sans saveur, avec en point de mire une envie lointaine de liberté.

Un roman court, incisif, coup de canifs dans le cœur, follement contemporain, terriblement réaliste.

Le portrait bouleversant d’une femme, des femmes. Des réflexions qui prennent le lecteur au ventre. Sans fioriture, Nina Bouraoui dénonce, sans juger, une certaine idée de notre belle société. Elle parle de cette solitude chaotique qui mène au fait divers. Ou comment un trop plein de rien, de tout, mène au point de rupture…

Je l’ai lu d’une traite. Sans respirer. Comme une rencontre qui vous change un peu … Les grands écrivains ont ce pouvoir là, de ne pas trop expliquer, de ne pas se poser en juges, et pourtant, ils dévoilent ce que nous avons sous le yeux. Ces choses sur lesquelles on ne veut pas s’arrêter, ne pas trop regarder…

Ce livre va me rester en tête. Un peu, beaucoup, jusqu’à cette folie plus ou moins passagère qui anime cette femme. Qui pourtant, finalement, me paraît si censée.

Lisez, découvrez ce livre … Il mérite un détour.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

«  Je m’appelle Sylvie Meyer. J’ai 53 ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an. Je travaille à la Cagex, une entreprise de caoutchouc. Je dirige la section des ajustements. Je n’ai aucun antécédent judiciaire.  »

Sylvie est une femme banale, modeste, ponctuelle, solide, bonne camarade, une femme simple, sur qui on peut compter. Lorsque son mari l’a quittée, elle n’a rien dit, elle n’a pas pleuré, elle a essayé de faire comme si tout allait bien, d’élever ses fils, d’occuper sa place dans ce lit devenu trop grand pour elle.

Lorsque son patron lui a demandé de faire des heures supplémentaires, de surveiller les autres salariés, elle n’a pas protesté  : elle a agi comme les autres l’espéraient. Jusqu’à ce matin de novembre où cette violence du monde, des autres, sa solitude, l’injustice se sont imposées à elle. En une nuit, elle détruit tout. Ce qu’elle fait est condamnable, passable de poursuite, d’un emprisonnement mais le temps de cette révolte Sylvie se sent vivante. Elle renaît.

Un portrait de femme magnifique, bouleversant  : chaque douleur et chaque mot de Sylvie deviennent les nôtres et font écho à notre vie, à notre part de pardon, à nos espoirs de liberté et de paix.

 

2 commentaires sur « Otages – Nina Bouraoui »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s