Labyrinthe Fatal – Preston & Child

Ah ce cher inspecteur Pendergast !

Il s’agit là de la quatorzième aventure de l’agent du FBI le plus classe que je connaisse. Je n’ai jamais pu résister à sa blondeur presque blanche et à son accoutrement gothique et au fil du temps j’ai dévoré les treize tomes précédents ! Entre Pendergast et moi, c’est une histoire qui remonte …

 Evidemment, il est atteint du même syndrome que Martine (qui apprécie souvent de se balader à la ferme, à la mer, au zoo, à apprendre à nager ou encore à prendre le train) pour captiver ses lecteurs. En effet, après Pendergast à New- York (Relic), Pendergast chez les bouseux (Les Croassements de la Nuit), Pendergast fait le tour du monde (Croisière Maudite) ou encore Pendergast fait du ski (Tempête Blanche), voilà notre ami dans une bien fâcheuse posture !

Je me moque surtout de moi ici en fait car malgré la redondance, je goûte toujours avec le même plaisir à ces aventures. Le personnage de Pendergast est tellement fort que le retrouver est un plaisir à chaque fois même si j’ai pris un sacré retard dans le rythme des éditions françaises ! Mélange d’Indiana Jones gothique et de James Bond, ce personnage est un incontournable de ma bibliothèque ! Cet épisode nous offre un nouveau pan de l’arbre généalogique haut en couleurs de mon héros fétiche…

Le fait de lire la série dans l’ordre permet d’autant plus d’apprécier le devenir des personnages secondaires que l’on croise d’un livre à l’autre. Preston & Child aiment à créer de nombreux mystères d’un livre à l’autre sans parfois les dévoiler, rendant le lecteur complétement accro.

Preston & Child connaissent la recette et nous la serve encore une fois avec brio. Un petit régal d’aventure, d’humour pince sans rire et de retournements de situations et une fin sur les chapeaux de roue…

A découvrir si vous ne connaissez pas !

LE RESUME DE L’EDITEUR :

Soirée paisible au 891 Riverside Drive, la résidence new-yorkaise d’Aloysius Pendergast… jusqu’à ce qu’un inconnu dépose devant la porte d’entrée le cadavre de l’un des pires ennemis de l’inspecteur…


L’autopsie révèle une surprise de taille : dans l’estomac du défunt se trouve une turquoise. Une pierre qui n’est extraite que dans certaines mines de Californie.


Pendergast part à la recherche de la mine d’où provient cette mystérieuse pierre précieuse. Mais le tueur rusé et déterminé qui l’observe dans l’ombre pour se venger d’un acte odieux commis par l’un de ses ancêtres lui a tendu un piège.


Une nouvelle fois, Pendergast va regarder la mort en face. Un épisode qui s’achèvera dans les couloirs labyrinthiques du Museum d’Histoire naturelle de New York, théâtre de Relic et du Grenier des enfers, où se déroulèrent ses premières aventures.

Un avis sur « Labyrinthe Fatal – Preston & Child »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :