Et ils meurent tous les deux à la fin – Adam Silvera

C’est pas comme si on m’avait pas prévenu.

Avec ce titre, j’aurai pu me douter que j’allais pas me fendre la poire, non ?

Et ils meurent tous les deux à la fin.

Brillant. Car évidement, j’ai de suite envie de le lire et de savoir.

Je me lance donc dans ce roman « jeunesse » et je me surprends à ne plus le lâcher jusqu’à la fin, justement. Pourtant, en vrai, il ne se passe pas grand-chose. Pourtant, en vrai, je suis un vioque et je devrai pas être autant touché par un roman pour ados. Mais, en vrai, il n’y a pas de règles, non ?

Niveau pitch, tout est dans le titre. C’est l’histoire d’un gars, non, de deux gars, qui apprennent qu’ils vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures. Il leur reste alors à vivre leurs derniers instants et si au départ ils ne se connaissent pas, ils ne vont plus se lâcher, tout comme je n’ai pu décrocher. Matéo et Rufus, je vais garder le souvenir longtemps de votre histoire.

Une petite touche dystopique, une belle dose d’humanité et quelques pincées de boules dans la gorge, j’ai juste adoré ce roman. On ne sait pas, tout le temps, qu’est ce qui fait que la sauce prend ou pas. Ici, je me suis immédiatement attaché à Mateo, à son incompatibilité avec l’existence, avec sa foi en l’extraordinaire. J’ai été, comme envouté par les pérégrinations de ces deux jeunes hommes à travers la ville. Par leur différence, et cette fin qui inexorablement les rassemble.

J’ai adoré les suivre mais surtout, j’ai trouvé tout aussi brillant de découvrir, le temps de brefs chapitres, ceux qui ne vont pas mourir à la fin. Ceux qui passent dans le roman, comme dans la vie des deux garçons…

Cinématographique et intime à la fois, émouvant, parfois déroutant, je redoutais la fameuse fin qui arrive trop vite. J’ai refermé ce roman en me disant que parfois, certaines histoires ne s’achèvent jamais, et j’avoue, j’ai versé ma petite larme.

LE RESUME DE L’EDITEUR :

 » Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? « 

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

3 commentaires sur “Et ils meurent tous les deux à la fin – Adam Silvera

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :