Les Monstres – Maud Mayeras

Date de Parution : 02 Octobre 2020

LE BILLET DE JUJU :

« – Vous savez pour quelle raison le grand méchant loup ne pourra jamais vous dévorer les enfants ?- Nous l’ignorons Aleph.- Parce que c’est vous le grand méchant loup. »

Le ton est donné. Les fauves sont lâchés et impossible pour moi, de poser ce roman avant de l’avoir terminé. Une histoire de monstres. Les monstres, pourtant, ça n’existe pas, non ?

Maud Mayeras t’attrape par le colbac, te saute à la gorge et ne te lâche pas, pas une seule seconde. Tu veux comprendre, tu veux savoir qui sont ces monstres, qui sont les monstres …De l’histoire, il ne faut rien révéler. Juste évoquer un terrier dans lequel ne vit aucun lapin blanc et où Alice n’aurait jamais mis les pieds…

Chapitres courts, haletants, où chaque page hurle de tourner la suivante pour tenter de pénétrer plus profond dans le noir. J’ai lu ce livre comme on fuit en forêt, en pleine nuit, une lampe torche à la main. Tu ne sais pas où tu vas, tu flippes pas mal, tu n’y vois rien, tu te prends des branches dans la tronche mais tu avances, coûte que coûte et peu à peu l’ombre grandit, jusqu’à tout envelopper. Jusqu’à tout comprendre, dans un cri d’effroi.

Pour les amateurs de noir, ce roman est un incontournable de cette année, je lui dois ma dernière nuit blanche et ma tronche de déterré au matin. Un roman effroyable, un thriller presque gothique, comme un conte satanique, où les fées ne trouveront jamais leur chemin.

Les monstres n’existent mais les hommes, oui, et ils peuvent être le plus terrible des cauchemars…

LE RESUME DE L’EDITEUR :

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière du jour qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduquent et les préparent patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que dehors, il y a des humains. Parce qu’eux sont des monstres, et que tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance.


Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humains prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre. Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connait qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.

Maud Mayeras est une auteure rare est appréciée dans le monde du thriller pour l’originalité de son ton et son exploration des territoires obscurs de la psyché humaine. Les Monstres est son quatrième roman

Solitudes Mineures – Lucie Desbordes

Solitudes Mineures

Date de Parution : 03 Juillet 2020

LE BILLET DE JUJU :

« Je suis partie ce matin avec mon sac à dos et le Petit Prince. Je ne rentrerai pas. »

Il n’en fallait pas plus que ces premiers mots pour que je m’engouffre à la suite de Mina et que je me barre avec elle pour une fugue (dés)enchantée dans la belle ville de Lyon ! Lire la suite de « Solitudes Mineures – Lucie Desbordes »

Le Portrait Chinois de Sophie de Baere

Sophie de Baere

Sophie de Baere. Une belle  rencontre follement littéraire mais humaine également. Une plume et une personne très belles .Deux romans, deux pépites, LA DÉROBÉE et LES CORPS CONJUGAUX !

Sophie, si tu étais :

UN LIVRE Les gens dans l’enveloppe d’Isabelle Monnin. Pour l’audace de son approche en trois temps : fiction, enquête, chanson. Un livre magnifique !

UNE CITATION « … la seule raison d’être du roman est de dire ce que seul le roman peut dire. » Milan Kundera, in L’art du roman. Voilà. Tout est dit.

UN (AUTRE) ÉCRIVAIN Christian Bobin pour sa poésie des instants ou Charles Juliet, Marguerite Duras… (mais il y en a tant et tant d’autres ! )

UN PERSONNAGE DE FICTION Madeleine et sa fille Véra dans Les bien-aimés de Christophe Honoré.

UN MOT Imagination. Ce mot m’a sauvée, me sauve encore.

UNE LIBRAIRIE La Pléiade. Parce que Virginie et @aurelielibraire06800 sont des libraires formidables et parce que si je pouvais, j’y passerais des journées entières.

UN PRIX LITTÉRAIRE Un prix des libraires et des lecteurs.

UN GROS MOT Pétard ! (je vis dans le sud J)

UN ENDROIT DU MONDE Le Royal National Park, près de Sydney où j’ai vécu quelques temps, ou bien mes collines.

UN HASHTAG #gratitude Je le mets lorsque je reposte un avis de lecteur. C’est ce que je ressens à chaque fois.

UN HOMME Le mien.

UNE BONNE ADRESSE Le loir dans la théière pour ses tartes au citron dont la meringue dépasse les 10 cm de haut.

UNE PHOBIE L’avion (mais je me soigne avec du Gelsénium 9CH et des patchs)

L’OPPOSE DE TOI-MÊME Une femme qui ne doute jamais

UN SECRET Un thème que j’aime beaucoup explorer…

QUELQUES MOTS ISSUS DE L’UN DE TES OUVRAGES « Il faut lâcher prise, laisser nos morts marcher devant et vivre en nous, les fenêtres grandes ouvertes. Et tant pis si parfois ça claque. »

UNE ADDICTION La chanson française (Barbara, Souchon, Delerm, Brassens, Beaupain, Marchet,…) ou Otis Redding à fond dans ma voiture le matin pour aller au collège (mon ado craque !)

UN PÉCHÉ MIGNON beaucoup de Mughetto sur du bon pain avec un verre de Bourgogne et des amis.

UN MOMENT INOUBLIABLE Quand mon fils m’a adressé son premier sourire

UNE ERREUR DE JEUNESSE Le sweat fluo avec des pin’s, le jean XXL, les Reebok roses et surtout une chorégraphie endiablée sur MC Hammer avec une amie (qui, malheureusement pour elle, se reconnaitra) sur le podium d’un bal de village, au début des années 1990.

UNE IDÉE REÇUE Il n’y a que des Chihuahua à Nice (il y a aussi des Yorkshire et des Bichons)

UN SCOOP J’écris mon troisième roman !

UN COMPTE INSTAGRAM Celui de @pierre_hugues_ pour ses textes qui me bouleversent à coup sûr.

UN SENTIMENT La compassion.

UN TUE L’AMOUR La bêtise.

UN LIVRE QUE TU N’AS PAS ENCORE ECRIT Un vrai polar bien noir. Mais j’y pense.

UNE DÉFINITION DE TOI-MÊME Sensible, sincère, empathique, contemplative. Et tout ça, souvent un peu trop.

UN FILM Amour de Michael Haneke

UNE CHANSON Les gens qui doutent. Parce que j’aime la chanter et croire que ses paroles ont été écrites pour moi. Ou bien Le plus fort c’est mon père de Lynda Lemay parce que : « Est-ce que les déchirures ça se prévoit. »

UNE SÉRIE TÉLÉ Breaking Bad ou Big little lies

UNE EMISSION TÉLÉ La météo des plages entre juin et septembre.

LE MOT DE LA FIN  Au revoir.

Un Oiseau de Nuit à Buckingham – David Lelait-Helo

Un Oiseau de Nuit A Buckingham

Date de Parution : 11 Octobre 2019

LE BILLET DE JUJU :

Enfin ! David Lelait-Helo est de retour. Pour mon plus grand plaisir. Car j’aime sa plume, j’aime son regard sur le monde, la vie. J’aime la diversité d’émotions qu’il arrive à insuffler dans ses romans.

Lire la suite de « Un Oiseau de Nuit à Buckingham – David Lelait-Helo »

La Dérobée – Sophie de Baere

La Dérobée.jpg

Date de Parution : 13 Avril 2018

LE BILLET DE JUJU :

Pénétrer dans ce livre comme à l’orée d’un bois. Comme le suggère sa belle couverture. A pas feutrés. Un peu inquiet. Entendre des battements de cœur et le vide alentour. Lire la suite de « La Dérobée – Sophie de Baere »