Amour, gluten et sororité – S.A. YARMOND

Amour, gluten et sororité.

Des mots qui font qui font rêver.

(Cette introduction est à lire sur l’air du générique d’une série bien connue, ceux qui ont la réf, levez la main droite, et dites « j’suis vieux »).

Déjà, au titre, j’ai souris. Et déjà, je retrouvais Sarah.

Sarah, c’est une rencontre, belle comme un petit rubis au beau milieu des graviers, sur le chemin de ma petite vie mais bref, le sujet n’est pas là.

J’étais pressé de découvrir ce premier roman, auto-édité avec tout le courage, toute la folie que ça implique. Et je sais déjà que je tiens là un petit collector, puisque c’est une certitude, il tapera dans l’œil d’un éditeur bien avisé, prêt à vendre des palettes de ce premier roman !

Ici, clairement, je suis sorti de ma zone de confort. Une habitude finalement pour ceux qui me suivent car j’aime encore et toujours explorer, découvrir et être épaté. Lire de tout, partout et tout le temps.

Ici, donc, on part dans le registre de la comédie. Mais moderne, hein, la comédie. Dans l’air du temps. Une comédie qui parle de blogueurs, de pâtisserie, d’amour aussi, sinon c’est pas drôle, entre quiproquos et petites phrases d’humour bien senties.

Un regard enlevé sur des nanas de leur temps, sur les relations amoureuses et les défis à surmonter pour réaliser ses projets. Une comédie parfois douce amère où tout n’est pas toujours tout rose malgré les apparences.

Et évidemment, ce qui m’interpelle le plus, ce qui me touche, c’est ce moment où derrière les artifices littéraires, on entrevoit celle qui écrit. A plusieurs reprises, j’ai compris que Sarah parlait d’elle, se racontait, un peu, derrière le rideau de ses mots.

Bref, un roman, pour rire beaucoup, s’émouvoir un peu, et passer un moment dépaysant avec cette bande de filles qui s’amusent à casser les codes.

Bon, le seul point noir, ce roman facétieux m’a rappelé combien j’étais un piètre cordon bleu.

Pourtant, c’est un roman à lire comme on dévore une bonne pâtisserie.

Avec ou sans gluten.

LE RESUME DE L’EDITEUR :

Entre son blog, son futur livre de cuisine, les séances pâtisserie et les sorties – légèrement alcoolisées – avec sa cousine Elie et sa meilleure amie Eva, Yael mène une vie bien remplie. Sa vie amoureuse est au point mort, réduite à quelques nuits passées dans les bras de Robin avec qui elle entretient une relation sans attaches. Cookies, brioches, vinyles, bouquins et mojitos rythment un quotidien ordonné qui laisse peu de place à l’imprévu. Jusqu’au jour où Elie l’embarque dans un double date qui bouleverse tous ses plans…

Un battement d’elle – Gaston Marie

Date de Parution : 10 Février 2020

LE BILLET DE JUJU :

En un battement d’aile, on peut s’envoler.

Sortir de l’ordinaire. Et disparaître un peu.

Toucher à l’extra ordinaire.

C’est un peu ce qui s’est passé pour moi avec ce roman. Je me suis envolé loin, très loin.

Loin de ma zone de confort, loin de ce que j’ai déjà pu lire, loin de ce que je crois attendre d’une lecture.

J’avais peur de lire ce livre et j’en avais très envie en même temps.
Peur d’être trop ébranlé par son sujet.

Comme peur du noir.

Le sujet, le « pitch », me faisait peur, oui. On parle de cancer tout de même, cette belle saloperie. Je pense qu’il faut passer outre, car ce roman doit être lu au-delà de ce gris de couverture qui, à mon sens, ne rend pas hommage aux mots qu’il renferme.

Car, comme tout bon fêlé qui se respecte, Gaston Marie a cette faculté de laisser passer la lumière. Elle entre en nous et ne nous quitte pas.

Un roman à la croisée des chemins. Littéralement. Qui ménage ses effets, qui prend par le cœur, par le corps, qui prend aux tripes aussi.

L’autoédition, je le savais déjà, permet de réelles découvertes si on ose un tant soit peu. Un roman, comme une expérience. Comme on pénètre l’imagination et l’inimaginable.

Poétique, original et surtout immensément onirique, c’est une voix qui se fait entendre. C’est ce qui compte pour moi lorsque je rentre dans les mots de quelqu’un d’autre. Je suis rentré,oui, à l’intérieur de quelqu’un d’autre, et j’ai encore du mal à en sortir.

La preuve qu’il s’est passé quelque chose.

Le temps d’un battement.

D’elle.

Un roman qui doit donner envie de passer la porte, de ne pas rester sur le seuil de nos vies, multiples et tellement uniques à la fois. Un roman qui je l’espère saura trouver le chemin de l’édition traditionnelle pour toucher le plus grand nombre car il le mérite tellement.

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

« Comment imaginer devenir à nouveau insouciante lorsque l’on a projeté sa mort ? ».

Telle est la question que se pose Sylvie face à l’annonce du cancer qui la ronge. Commencent alors le déni et la lutte contre ce qui semble impossible à battre. S’enchaînent le dépit et la chute contre une maladie qui finira par l’abattre. Face à l’infaillible réalité, Sylvie plonge dans les abysses de l’existence, à la frontière entre la vie et la mort, l’être et le non-être… pour étrangement atterrir dans le corps d’un Autre.

Un roman profond, philosophique et existentiel, qui plonge le lecteur dans la conscience d’une femme dont la vie oscille furieusement au fil des pages.

Traverser les Orages – Lucile Caron-Boyer

Traverser Les Orages

Date de Parution : 18 Juin 2019

LE BILLET DE JUJU :

Traverser les orages.

Passer entre les gouttes, sans trop se mouiller les ailes, c’est compliqué lorsqu’on a 16 ans et qu’on aimerait ne pas faire partie du troupeau.

Lire la suite de « Traverser les Orages – Lucile Caron-Boyer »

Confidences d’une emmerdeuse – Hélène de Montaigu

Confidences d'une emmerdeuse

Date de Parution : 09 Novembre 2018

LE BILLET DE JUJU :

🤹‍♀️🤹‍♀️🤹‍♀️
Éloignons-nous un peu des déferlements de la rentrée littéraire pour faire une petite incursion dans le monde chatoyant de l’auto-édition, c’est ce que je vous propose aujourd’hui! Lire la suite de « Confidences d’une emmerdeuse – Hélène de Montaigu »