Les fureurs invisibles du cœur – John Boyne

Les fureurs invisibles du coeur

Date de Parution : 02 Janvier 2020

LE BILLET DE JUJU :

« Je me souviens qu’un de mes amis m’a dit un jour que nous haïssons ce qui nous effraie en nous-même. »

La semaine dernière, je n’étais pas là. Je n’étais pas moi.

J’étais Cyril Avery, ce petit garçon, puis ce jeune homme, qui se retrouve face à une sombre malédiction, celle de préférer les garçons dans une Irlande où « l’homosexualité n’existe pas ».

A partir de la naissance haute en couleurs de son héros, l’auteur fait, à chaque chapitre, un bond de sept années dans la vie de Cyril Avery pour conter son adolescence, son amitié amoureuse avec le séduisant Julian, sa vie d’adulte, d’exils en retrouvaille, jusqu’à ce dénouement si lumineux, véritablement Beau.

Roman fleuve, habilement mené, le héros nous devient tout de suite familier et on ne peut le quitter aisément. J’étais avec lui, j’étais lui, et je n’en suis pas encore revenu.

Un roman épatant, à la fois saga épique et sociétale, conte tragique, délirant et trajectoire intime, il remue profondément à l’intérieur. Chronique sociale, politique et intime d’un pays catholique et conservateur où la différence n’existe tout bonnement pas.

John Boyne met le doigt là où ça fait mal et j’ai été littéralement happé par sa plume irrévérencieuse et délicieusement ironique. A la fois cynique et d’une tendresse infinie, il dépeint un monde, le notre, pétri d’intolérances. Evidemment sur l’homosexualité, perçue comme une perversité, cette maladie honteuse mais également sur la place des femmes dans cette société machiste et arriérée.

« Ce que vous savez des femmes pourrait être recopié en grands caractères au dos d’un timbre poste et il resterait encore de la place pour le Notre Père. »

Ces fureurs invisibles racontent les chemins, les détours insupportables, que l’on prend pour arriver à soi avec une justesse infinie.

Je crois qu’on mesure la portée d’un livre aux souvenirs que nous laissent ses personnages. Cyril Avery est entré dans ma tête, dans mon cœur, de la plus belle des façons et n’est pas prêt d’en ressortir. Je crois qu’on sait qu’on vient de lire un grand livre lorsqu’on reste quelques minutes un peu étourdi, encore là-bas, une fois la dernière page tournée…

LE RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR :

Cyril n’est pas « un vrai Avery » et il ne le sera jamais – du moins, c’est ce que lui répètent ses parents, Maude et Charles. Mais s’il n’est pas un vrai Avery, qui est-il ? Né d’une fille-mère bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif des Avery, un couple dublinois aisé et excentrique, Cyril se forge une identité au gré d’improbables rencontres et apprend à lutter contre les préjugés d’une société irlandaise où la différence et la liberté de choix sont loin d’être acquises.

2 commentaires sur « Les fureurs invisibles du cœur – John Boyne »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s