Mon tout petit (Lettre à l’enfant que je n’ai pas eu) – Delphine Apiou

Date de Parution : 14 Octobre 2020

LE BILLET DE JUJU :

C’est une lettre.

Une lettre que Delphine Apiou adresse à l’enfant qu’elle n’a jamais eu. Elle lui parle avec tendresse, avec amour, et avec une belle dose de vérité, celle qu’on ne doit qu’à soi-même.

Elle lui raconte sa vie de femme, accomplie et bancale, une femme parmi tant d’autres qui aurait pu être la mère de ce tout petit. Mais ici, point de pathos, c’est une femme de son temps qui se raconte, entre humour et réalité, à cet enfant qui n’est jamais venu.

Ce tout petit, éternel absent, illumine ces quelques pages de sa lumière, de sa douloureuse non-présence, comme on imagine quelqu’un d’indispensable, follement absent.

J’ai été touché, pour de multiples raisons, par ce court récit, de par ces sentiments étranges, intimes dont on parle peu, de ceux qui ont fait partie du camp des non parents, celles dont forcément il manquera toujours quelque chose aux yeux de la société.

Un livre sur cet enfant jamais apparu, pourtant peut-être attendu, et sur le regard, parfois blessant, sous couvert de bienveillance, de normalité de ceux qui ne rendent plus compte parfois du cadeau que leur a fait la vie.
Touchant, parfois un peu bouleversant évidemment, il faut bien l’avouer, mais la plupart du temps d’une justesse éblouissante, ce livre rejoint ces livres amis dont on se souvient avec gratitude. Pour nous avoir un peu parlé de soi.

Ce tout petit livre, pour rappeler de vivre avec l’absence, celle née de choix, sans savoir à l’avance s’il s’agissait des bons. Un livre au sujet casse-gueule mais qui se lit comme une élégance, celle des non-dits, celle d’un amour privé de l’objet de son affection, et qui pourtant bat quelque part dans la poitrine. Avec cet humour, qui peut-être sauve de tout …

Un livre pour être moins seul, un peu moins orphelin à l’envers, ou pour savourer cette chance d’être parent. Et se souvenir, à chaque seconde, que chaque femme, chaque homme, trace sa route, quoi qu’il lui en coûte.
Avec ou sans tout petit.

Mais avec une trace en soi de ce qu’il aurait pu être …

LE RESUME DE L’EDITEUR :

« C’est la lettre d’une mère à son enfant qui n’existe pas. Une lettre d’une femme qui se demande quelle mère elle aurait été. Une lettre de questionnement, une lettre d’explication, une lettre de justification, une lettre de séparation, une lettre d’amour. C’est aussi la lettre à elle-même d’une femme qui n’est que femme et qui finit par comprendre que c’est déjà ça. »

Delphine Apiou n’est pas mère et en a souffert. Un regret qu’elle a apprivoisé, avec lequel elle a appris à vivre et surtout qui ne l’empêche pas d’être une femme accomplie… La lettre qu’elle écrit à l’enfant qu’elle n’a pas eu est bouleversante, drôle, pleine de vie, tellement humaine. Universelle.

3 commentaires sur « Mon tout petit (Lettre à l’enfant que je n’ai pas eu) – Delphine Apiou »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s