Thérèse Raquin – Emile Zola

De Zola, je suis complétement fou.

Fou de cette modernité, fou de ce génie qui arrive à captiver tout en dépeignant une époque avec minutie ainsi que les tourments intérieurs de héros incroyables parce qu’ordinaires.

Evidemment, j’ai lu, et je relirai, les vingt tomes qui composent son œuvre culte, la saga des Rougon Macquart.

Je ne me souvenais pas de celui-ci. Thérèse Raquin. Qui lui, ne fait pas partie de la série.

A sa sortie, ce roman, inspiré d’un fait divers criminel réel, est décrié par son époque. Trop glauque, trop noir. Qualifié d’obscène par la critique, il arrive encore aujourd’hui à déranger son lecteur, pourtant beaucoup plus habitué à la noirceur en littérature. Je ne peux m’empêcher d’admirer sa modernité n’a rien à envier aux romans noirs d’aujourd’hui.

C’est l’histoire, somme toute banale, d’un crime passionnel et des tourments qui vont envahir, peu à peu, le couple assassin, amants maudits en puissance.
Si parfois, la lectures de « classiques » peut paraître lourde ou d’un autre temps, pour moi, il n’en est rien lorsque je lis du Zola. Je suis même toujours fasciné de remettre dans le contexte et d’y trouver tant de similitudes avec notre monde actuel.

Emile Zola contemple ses contemporains, avec dégout, avec tendresse, toujours juste, toujours éblouissant et profondément passionnant !

LE RESUME DE L’EDITEUR :

À vingt-sept ans, en 1867, Émile Zola ne s’est pas encore attaqué aux Rougon-Macquart, son œuvre géante. Comment s’imposer « quand on a le malheur d’être né au confluent de Hugo et de Balzac » ? Comment récrire La Comédie humaine après ce dernier ? Les grands créateurs sont parfois gênants pour ceux qui viennent après eux. Mais ses tâtonnements sont brefs. Thérèse Raquin, son premier grand roman, obtient un vif succès.


Thérèse a été élevée par sa tante dans le but d’épouser son fils, un homme au tempérament maladif. Bientôt, elle ne supporte plus cette vie cloîtrée, ni ce sinistre passage du Pont-Neuf où Mme Raquin installe sa mercerie. Toute sa sensualité refoulée s’éveille lorsqu’elle rencontre Laurent, un peintre raté dont elle devient la maîtresse. Les amants décident de noyer le mari. L’âpreté, la sexualité, le crime. Zola est déjà Zola dans ce mélange puissant de roman noir et de tragédie, dans cet implacable réalisme social et humain.

Un commentaire sur “Thérèse Raquin – Emile Zola

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :