Nos âmes au diable – Jérôme Camut & Nathalie Hug

Petites heures de la nuit. Je referme ce roman et j’ai comme besoin de souffler un peu.

Lu en apnée, en moins de quarante-huit heures après des semaines à commencer des livres, à les reposer. Celui-ci, dés le départ, m’a embarqué pour le meilleur et surtout pour le pire.

L’ile d’Oléron. Le soleil, la plage puis d’un coup, l’impensable.  Sixtine, dix ans, disparaît. Jeanne, sa mère, commence alors une véritable descente aux enfers.

Le duo d’auteurs à la plume si noire frappe fort et offre un véritable page turner impossible à lâcher. De ces romans qui vous tiennent éveillés, complétement happé, terrifié mais où on veut absolument savoir…

Au-delà du roman noir, ce livre m’a complétement embarqué tant la fin explique tout, tant le lecteur en ressort effaré, l’émotion au ventre, le souffle court, ce qui m’arrive rarement dans ce registre.

Je suis marqué par le portrait de cette mère tour à tour déterminée, larguée mais surtout terriblement humaine dans cet enfer qu’elle subit de plein fouet. Si c’est bel et bien un thriller menée de mains de maîtres, il n’en reste pas moins un réaliste et terrible portrait de femme et je crois que ce supplément d’âme a donné corps à ce roman. Il se démarque alors de la masse des thrillers qui malgré le plaisir que l’on prend à les dévorer ne laissent en nous finalement qu’un très vague souvenir.

J’avais adoré la quadrilogie de Nathalie Hug et Jérôme Camut, LES VOIES DE L’OMBRE, puis je les avait un peu oublié, va savoir pourquoi ! Je suis, du coup, heureux de découvrir qu’il me reste de nombreux romans à découvrir et je vais m’empresser de retrouver ce duo oh combien talentueux.

Coup de cœur.

Coup au cœur.

LE RESUME DE L’EDITEUR :

Il vaut parfois mieux ignorer la vérité …

Mi-juillet, Sixtine, dix ans, disparaît sur une plage de l’île d’Oléron. Pour Jeanne, sa mère, c’est tout son monde qui s’écroule. Elle s’en veut d’avoir été trop accaparée par son métier. Elle en veut à son mari, qui aurait dû surveiller leur petite brune aux yeux bleus, mais qui a failli, trop occupé à donner un énième coup de canif dans leur contrat de mariage.


Lorsque les recherches conduisent finalement à un multirécidiviste connu par la justice pour le viol de quatre fillettes, Jeanne comprend que rien ne sera jamais plus comme avant. Et son travail de résilience s’annonce d’autant plus long que le corps de Sixtine n’a jamais été retrouvé.


Une absence qui laisse planer comme une incertitude… Et si la vérité s’avérait plus sordide et glaciale encore que la mort d’un enfant ?

Un commentaire sur “Nos âmes au diable – Jérôme Camut & Nathalie Hug

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :