Celle Que Je Suis – Claire Norton

Sous la surface limpide des apparences, toucher le fond de la piscine, comme dans la chanson de Gainsbourg…

Valentine, déjà abîmée par la vie, survit, plus qu’elle ne vit, pour son fils, Nathan. A l’ombre de ce mari, de ce père, de ce monstre effroyable, elle tente de passer entre les gouttes, entre les coups. Pour un rien, pour une broutille, c’est la tempête, chaque jour, derrière la porte close de leur appartement.

Il y a beaucoup d’amour, dans ce roman, beaucoup d’humanité malgré les monstres qui rodent. Ceux qui ne se dissimulent pas sous le lit mais marchent, tête haute, en plein jour. Ces hommes qui n’en sont pas vraiment et qui cognent comme d’autres enlacent.

On ne peut lire ce roman à la légère, il prend aux tripes, n’épargne pas le lecteur. Claire Norton ne fait pas de concession et s’en explique brillamment, à la fin de l’ouvrage. Il s’agit surtout de ne pas minimiser l’horreur, de ne pas édulcorer l’insupportable. Alors, évidemment, on en tremble de ce roman, on se raccroche à nos humanité, pour ne pas sombrer.

On tremble, on espère, on serre les poings. On se prend à réfléchir. Qu’aurions nous fait, nous ? Tendre la main, se boucher les oreilles ? Réagir, passer à autre chose ?

J’ai lu ce roman d’une traite, comme on boit la tasse, et j’ai découvert une plume vibrante, captivante et tellement poignante.

Je découvre enfin Claire Norton et je vais m’empresser de continuer la découverte de ses ouvrages. Je sais déjà que l’émotion sera au rendez-vous.

RESUME DE L’EDITEUR :

Dans la peau d’une femme battue : comment l’aider à se reconstruire ?

Discrète, ordinaire, Valentine jongle entre son petit garçon Nathan, qu’elle chérit de tout son cœur, et son travail à temps partiel dans une grande surface culturelle. Pourtant, dès que la porte de leur appartement se referme, elle vit dans la terreur, redoutant la colère et la jalousie de son mari …


L’arrivée d’un couple dans l’appartement d’en face bouleverse sa vision du monde. Comment résister à la bonté de Guy, qui se conduit avec Nathan comme le grand-père qu’il n’a jamais eu ? Comment refuser la tendresse de Suzette, cette femme si maternelle ? Peu à peu, Valentine se laisse apprivoiser. Jusqu’au jour où elle commet une minuscule imprudence aux conséquences dramatiques …

Mais alors, elle ne sera plus seule pour affronter son bourreau et reconstruire sa vie volée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :