Le Chœur Singulier de Milly Davis – S. A. Yarmond

LE CHŒUR SINGULIER DE MILLY DAVIS

Tout d’abord, il y a l’écrin. Comme un bijou, l’édition de ce livre est  juste sublime.

Puis, vient la lecture. Si je devais la définir en un mot : romanesque. Car les ingrédients sont bel et bien là, ceux qui font qu’on entre, d’abord à pas feutrés, dans cette histoire et qui nous font tourner les pages, presque frénétiquement.

Milly Davis. Avec tout le courage que cela implique, elle publie un premier roman qui se verra critiquer. Un roman historique qui, aux yeux de certains, comporte quelques erreurs. Milly vacille mais ne rompt pas et décide de parfaire ses connaissances sur les bancs universitaires.

C’est un roman singulier comme l’indique son titre. Singulièrement différent à partir d’ingrédients qui pourraient pourtant paraître plutôt classiques.  C’est un tourbillon de vie qui vient prendre le lecteur au collet pour ne plus le lâcher. Car que serait un roman sans les émotions qui le traversent. On sourit, on rit de bon cœur, puis on s’émeut, réellement. Il y a tellement de petites choses, de grands sentiments et comment ne pas s’émouvoir devant la relation de Milly et sa grand-mère ?

Car au-delà d’une histoire, j’y ai trouvé ce que je cherche souvent, dans un roman, un peu de son auteure. Un peu de sa vérité. Des failles, des pleins et des déliés, comme une musique. Tour à tour mélodie entêtante, symphonie épique ou petite musique de nuit mélancolique, l’auteure nous entraîne dans sa danse. La prouesse de ce roman fleuve, c’est cette façon de souffler l’épique à travers l’intime. Romanesque, oui, mais personnel.

S.A. Yarmond semble avoir trouvé sa voix. Unique, personnelle, à la fois confidentielle et universelle. Un roman à l’orée des genres, parsemé de clins d’œil à la belle littérature. Qui sait emporter dans un murmure son lecteur.

LE RESUME DE L’EDITEUR :

Milly Davis est une écrivaine à la confiance fragile. Si le premier tome de sa saga historique, Les espérances des femmes Templeton, s’est retrouvé sur les étals de toutes les plus grandes librairies du monde, son syndrome de l’imposteur a refait surface à l’apparition de critiques dénonçant des anachronismes. Encouragée par Lyrah, avec qui elle entretient une amitié épistolaire depuis des années, Milly décide de braver troubles anxieux et timidité maladive en retrouvant les bancs de la fac d’histoire.

Sous l’impulsion de son entourage et pour le bien de sa saga, elle sollicite l’aide d’Alphard Burton, professeur d’archivistique, qui accepte de lui prêter main-forte dans ses recherches. Fouilles dans les rayonnages poussiéreux d’une librairie mystérieuse et discussions passionnées autour d’une tasse de thé bouleversent alors son quotidien habituellement casanier, et à mesure que l’histoire d’Isadorah Templeton s’écrit, celle de Milly se tisse également.

Entre les réunions du club d’activistes véganes de sa grand-mère, la fantasque Maggie, les rendez-vous studieux avec son professeur et l’écriture de son second roman, le train de vie de Milly s’intensifie, tant et si bien qu’elle peine à voir les évidences qui se dressent sur son chemin. Des plaines écossaises battues par le vent aux allées sombres d’une librairie clandestine, Milly partira en quête de deux destins, celui de l’héroïne de son roman et le sien.

Un commentaire sur “Le Chœur Singulier de Milly Davis – S. A. Yarmond

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :